Nouvelles

La première Réserve internationale de ciel étoilé a 10 ans!

Publié par le Mai 24, 2017 dans Non classé | 0 commentaire

La Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), d’une superficie de près de 5300 km2 au cœur de laquelle se trouve l’observatoire et le parc national du Mont-Mégantic, souffle ses dix bougies cette année. La RICEMM a été créée afin de préserver l’expérience du ciel étoilé, un patrimoine naturel et culturel inestimable, aujourd’hui menacé. Essentielle à la pérennité des activités de recherche et d’éducation en astronomie de l’observatoire du Mont-Mégantic et de l’ASTROLab, la préservation de l’intégrité et des paysages nocturnes constitue également un enjeu environnemental d’importance. Cette première mondiale a également permis de positionner l’ASTROLab et le parc national du Mont-Mégantic comme des incontournables de calibre international en tourisme. Suite à la création de la RICE du Mont-Mégantic, une dizaine de nouvelles réserves de ciel étoilé a vu le jour à travers le monde (certifiées par l’International DarkSky Association). Encore aujourd’hui, grâce à son expertise novatrice en gestion de l’éclairage extérieur et au leadership des élus, intervenants et citoyens de la région, la RICEMM est reconnue comme une référence mondiale et un modèle incontournable. L’obtention de cette certification a été rendue possible grâce à la mobilisation du milieu et à l’adoption d’une réglementation par les 35 municipalités comprises dans la réserve : MRC du Granit, du Haut-St-François et de Sherbrooke. Ce projet a permis à la région de développer une approche unique en termes d’éco-éclairage et de protection des paysages nocturnes. Lors de la création de la RICEMM, plus de 3 300 luminaires dans 17 municipalités ont été convertis, et depuis, les municipalités de Sherbrooke, Lac-Mégantic et plusieurs autres ont continué d’exprimer un leadership fort en étant des pionniers dans l’adoption d’un éclairage aux DEL ambrées. RICEMM 10 ans Afin de souligner son 10e anniversaire, la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic sera présente sur son territoire tout l’été dans des événements villageois. Le moment culminant sera célébré aux Journées de la culture, le 29 septembre. La RICEMM sera alors présente au Centre-ville de Lac-Mégantic pour observer et animer, et surtout remercier les citoyens de leur implication dans le grand projet de lutte contre la pollution lumineuse. La Réserve internationale du ciel étoilé du Mont-Mégantic : un patrimoine collectif à protéger. Plus d’informations sur nos sites Internet! RICEMM.org          ASTROLab.qc.ca          819 888-2941 Communiqué de presse...

lire plus

Adoption d’une norme nationale sur le contrôle de la pollution lumineuse

Publié par le Oct 27, 2016 dans Non classé | 0 commentaire

C’est avec grand plaisir que la première réserve internationale de ciel étoilé souligne l’adoption au Québec d’une norme nationale sur le contrôle de la pollution lumineuse. « Le ciel étoilé est un des spectacles les plus grandioses, c’est notre fenêtre sur l’Univers. Nous n’avons pas à choisir entre le ciel étoilé et la sécurité. On peut avoir les deux. Il s’agit simplement d’adopter de meilleures pratiques » souligne Sébastien Giguère, un des responsables de la réserve de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM). L’adoption par le Bureau de Normalisation du Québec (BNQ) d’une norme québécoise sur le contrôle de la pollution lumineuse représente une étape importante pour l’évolution vers de meilleures pratiques d’éclairage extérieur au Québec. Il s’agit d’un outil important conçu pour informer et guider les différents intervenants des projets d’éclairage quant aux meilleures pratiques à adopter pour contrôler la pollution lumineuse tout en répondant adéquatement aux besoins de sécurité. Initialement proposée par le chapitre québécois de l’International Dark sky Association (IDA-Qc), la norme a été mise sur pied par un comité d’experts multisectoriels parmi lesquels figurent des représentants du parc national du Mont-Mégantic et de la réserve de ciel étoilé. « Quand on parlait de pollution lumineuse il y a 15 ans, peu de gens savaient de quoi on parlait. Aujourd’hui, notre société a fait assez de chemin pour adopter une norme nationale, c’est encourageant » ajoute M. Giguère. La norme s’articule autour de quatre paramètres d’éclairage : la couleur, l’orientation, l’intensité et la période. Elle recommande ainsi l’adoption de couleurs chaudes et, comme l’Association Médicale Américaine (AMA) l’été dernier, reconnait les impacts négatifs de la lumière bleue nocturne sur le ciel étoilé, les écosystèmes et le système circadien (horloge biologique). Elle recommande l’installation de luminaires qui minimisent les pertes vers le ciel, produisent une quantité appropriée de lumière et ne génèrent pas d’éblouissement. Elle favorise également l’extinction et la réduction des éclairages lors des périodes où ils ne répondent à aucun besoin. Malgré cette nouvelle réjouissante, les responsables demeurent prudents: « Maintenant que la norme existe, il faut espérer que les municipalités et les entreprises emboîtent le pas. Il reste encore l’autre moitié du chemin à faire » rappelle Rémi Boucher, biologiste de la réserve. « La pollution lumineuse continue de croître rapidement et la conversion aux DEL blanches ne fait qu’accélérer cette détérioration. Ce n’est pas seulement le ciel étoilé qui disparait, c’est tout l’habitat nocturne. Pourtant, la vie a besoin de nuit. Les animaux et les écosystèmes bien sûr, mais nous aussi. Les scientifiques sont en train de le réaliser aujourd’hui. » Le nombre de recherches publiées sur les impacts de la pollution lumineuse a en effet suivi une courbe exponentielle au cours des dernières années (horloge biologique, système immunitaire, obésité, système hormonal, sommeil, dégénérescence maculaire, écosystèmes, etc.), ce qui témoigne de la prise de conscience multidisciplinaire de la communauté scientifique à cet égard. Il est possible de consulter la norme et de la télécharger sur le site du BNQ. Pour plus d’informations, consultez le site de la RICEMM.   Communiqué de presse : 2016-10-26 Mont-Mégantic_Norme...

lire plus

Formation aux municipalités – Éclairage extérieur et environnement nocturne

Publié par le Oct 31, 2014 dans Uncategorized, Uncategorized, Uncategorized | 0 commentaire

L’ASTROLab et  la Réserve Internationale de Ciel Étoilé du Mont-Mégantic invitent toutes les municipalités et MRC du Québec à s’inscrire à la formation «Éclairage extérieur et environnement nocturne: pour une meilleure gestion de la lumière artificielle». Développée spécifiquement pour le monde municipal en collaboration avec l’Association Québécoise pour la Maîtrise de l’Énergie (AQME) et International Dark sky Association (IDA-Qc), cette formation d’une journée vise à outiller les municipalités afin qu’elles puissent réduire la pollution lumineuse et mieux protéger et mettre en valeur leur environnement nocturne, tout en réalisant d’importantes économies. Le ciel étoilé n’appartient pas qu’aux scientifiques. Aujourd’hui en voie de disparition, le spectacle universel qu’il nous offre est un patrimoine collectif qui émerveille tous les êtres humains depuis la nuit des temps. La pollution lumineuse génère aussi de nombreux autres impacts. À l’aide de quelques principes simples, il est pourtant possible de limiter ces effets négatifs sans faire de compromis sur la sécurité. Réduire la pollution lumineuse, une cause gagnante à tous les niveaux! Pour plus de détails, consulter le site de l’AQME. Visionnez le vidéo présentant le projet de la...

lire plus

Semaine internationale du ciel étoilé 2014

Publié par le Avr 22, 2014 dans Non classé | 0 commentaire

TUCSON, AZ – Créée en 2003 par Jennifer Barlow, alors élève au secondaire, la semaine internationale du ciel étoilé est devenue un événement mondial et un élément clé du mois de l’astronomie. Chaque année en avril, cette semaine se déroule autour du Jour de la Terre et de la Journée de l’astronomie. Cette année, les célébrations se dérouleront du dimanche 20 avril jusqu’au vendredi 26 Avril. Joignez-vous à l’International Dark-Sky Association pour sept jours de fête, d’apprentissage et d’action! En expliquant pourquoi elle a créé cette semaine internationale, Barlow a dit : «Je veux que les gens puissent voir les merveilles du ciel nocturne, sans les effets de la pollution lumineuse. L’univers est notre point de vue sur notre passé et notre vision de l’avenir… Je veux aider à préserver ses merveilles ». La semaine internationale du ciel étoilé attire l’attention sur les problèmes liés à la pollution lumineuse et la promotion de solutions simples pour l’atténuer. Pourquoi la pollution lumineuse est-elle importante? L’ environnement nocturne est une ressource naturelle essentielle à la vie sur Terre, mais la lumière de l’éclairage extérieur incontrôlé a caché les étoiles, changeant radicalement l’environnement nocturne. Avant l’avènement de l’ampoule électrique au 20e siècle, nos ancêtres ont connu un ciel débordant d’étoiles qui a inspiré la science, la religion, la philosophie, l’art et la littérature. Le patrimoine collectif du ciel étoilé est de plus en plus inconnu aux dernières générations. Des millions d’enfants à travers le monde ne verront jamais la Voie Lactée à partir de leurs propres maisons. Nous commençons seulement à comprendre les répercussions négatives de la perte de cette ressource naturelle. Un nombre croissant de recherches suggère que la perte de l’environnement nocturne naturel a de graves effets négatifs sur la santé humaine et l’environnement. Pour les animaux nocturnes, l’introduction de la lumière artificielle durant la nuit pourrait très bien être le changement le plus dévastateur des humains sur leur environnement. La pollution lumineuse a également des effets néfastes sur d’autres organismes tels que les oiseaux migrateurs, les jeunes tortues de mer, et les insectes. Les êtres humains ne sont pas immunisés contre les effets négatifs de la lumière dans leur environnement nocturne. Une exposition excessive à la lumière artificielle la nuit, particulièrement la lumière bleue, a été liée à une augmentation des risques d’obésité, de dépression, des troubles du sommeil ,du diabète et de cancer du sein. Mais ne faut-il pas éclairer la nuit pour la sécurité? Il n’existe aucune preuve scientifique claire affirmant que l’augmentation de l’éclairage extérieur a des effets dissuasifs sur la criminalité. Il peut augmenter notre sentiment de sécurité, mais il n’est pas plus sûr pour autant. En réalité, un mauvais éclairage extérieur peut diminuer la sécurité en rendant les victimes et les biens plus faciles à voir. L’éblouissement d’un éclairage trop puissant ou non-défilé crée des zones d’ombres dans lesquelles les criminels peuvent se cacher. Il provoque aussi la contraction de la pupille, diminuant la capacité de nos yeux à s’adapter pour la vision de nuit, ce qui est donc dangereux pour les automobilistes et les piétons. Un autre effet secondaire grave de la pollution lumineuse est un gaspillage d’énergie. En plus d’être une source énorme de gaspillage d’argent, la production d’électricité contribue aux émissions de gaz à effet de serre et aux changements climatiques, et augmente...

lire plus

La RICEMM souligne l’installation à St-Ludger de nouveaux luminaires de rue aux DEL ambre, respectueux du ciel étoilé, de la santé humaine et de l’environnement

Publié par le Mar 13, 2014 dans Non classé | 0 commentaire

Les responsables de la réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), qui englobe les MRC du Granit et du Haut-Saint-François ainsi que la Ville de Sherbrooke, sont très heureux d’annoncer l’installation de luminaires respectueux du ciel étoilé, de la santé humaine et de l’environnement dans la municipalité de Saint-Ludger, à 75 km du mont Mégantic. Ces nouveaux luminaires permettent de bénéficier des avantages de la technologie DEL(efficacité énergétique, contrôlabilité, durabilité), tout en respectant les principes d’éclairage favorisés par la RICEMM et ses partenaires, soit un éclairage mieux orienté, moins intense, à période contrôlée et dans des teintes ambrées. Ces luminaires StreetView de Philips, munis de DEL ambres 1800 K, sont doublement innovateurs. D’abord, ils émettent une couleur optimale minimisant la lumière bleue nocturne et ses impacts sur le ciel étoilé et la santé. Ensuite, leur programmation en usine permet une réduction graduelle de 50% de leur intensité à minuit, puis un retour en pleine puissance à 6h du matin. Ces caractéristiques contribuent simultanément à réduire les coûts d’énergie, à préserver le ciel étoilé, à protéger les organismes des impacts de la lumière bleue nocturne tout en favorisant un environnement nocturne plus chaleureux et moins éblouissant. Ces luminaires DEL répondent donc parfaitement aux exigences de la règlementation contrôlant l’éclairage extérieur dans la réserve de ciel étoilé. Cette installation innovatrice réalisée par la municipalité de Saint-Ludger démontre ainsi qu’il est possible de déployer la technologie DEL sur nos territoires sans mettre en péril le ciel étoilé et l’environnement nocturne avec de la lumière blanche. Apprécié par les autorités et les citoyens, le nouvel éclairage montre encore une fois qu’il est possible de contrer la pollution lumineuse tout en répondant adéquatement à notre besoin de sécurité. Les responsables de la RICEMM rappellent à la population, aux entrepreneurs et aux municipalités de faire preuve de prudence avant d’installer des luminaires aux DEL blanches sur le territoire de la réserve de ciel étoilé car ceux-ci sont généralement interdits par la réglementation présentement en vigueur, sauf dans certaines circonstances et pour certains usages spécifiques comme les terrains de sport ou certains étalages commerciaux. Plusieurs dispositifs à DEL ambrées sont maintenant disponibles sur le marché. La nuit est essentielle à la vie; œuvrons à la préserver.     Sébastien Giguère | Coordonnateur scientifique Parc national du Mont-Mégantic /ASTROLab du Mont-Mégantic / Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic  version...

lire plus

La RICEMM souligne l’arrivée de nouveaux luminaires aux DEL de Phillips respectueux du ciel étoilé, de la santé humaine et de l’environnement

Publié par le Sep 4, 2013 dans Non classé | 0 commentaire

Les responsables de la réserve de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), qui englobe les MRC du Granit et du Haut-Saint-François ainsi que la Ville de Sherbrooke, sont très heureux d’annoncer que la compagnie Phillips rend maintenant disponible toute une gamme de luminaires aux DEL qui sont respectueux du ciel étoilé, de la santé humaine et de l’environnement.  Ces nouveaux luminaires écologiques permettent de mettre de l’avant la technologie d’éclairage aux DEL tout en limitant de manière très significative l’émission de lumière bleutée vers le ciel et les lieux de vie, ce qui contribue à mieux protéger le ciel étoilé ainsi que les cycles biologiques qui sont liées à l’alternance du jour et de la nuit. De plus ces luminaires DEL sont en mesure de répondre aux exigences de la règlementation qui régit l’éclairage extérieur sur le territoire de la réserve.  Cette avancée importante a été rendue possible grâce à l’utilisation de DEL légèrement ambrés qui diffusent une lumière beaucoup plus chaleureuse que les DEL blancs tout en offrant un meilleur rendu de couleur que les luminaires au sodium haute pression qui éclairent nos rues depuis plus de trois décennies. En plus de contenir peu de lumière bleue, ces nouveaux luminaires consomment peu d’énergie, ont une excellente durée de vie et sont très faciles à contrôler à l’aide de détecteur de mouvement et de gradateur.  L’arrivée de cette technologie permet de démontrer un fois de plus qu’il est possible de lutter contre la pollution lumineuse tout en répondant à nos besoins d’éclairage extérieur.  Les responsables de la RICEMM profitent de cette occasion pour rappeler à la population, les entrepreneurs et les municipalités à faire preuve de prudence avant d’installer des luminaires aux DEL blanches sur le territoire de la réserve de ciel étoilé car ceux-ci sont généralement interdits par la réglementation qui est présentement en vigueur sauf dans certaines circonstances et pour certains usages bien spécifiques comme les terrains de sport ou certains étalages commerciaux.  La vie a besoin de la nuit, apprenons à la respecter.  Pierre Goulet | Directeur Parc national du Mont-Mégantic / ASTROLab du Mont-Mégantic / Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic version...

lire plus

Éclairage aux DEL blanches : patientez avant de les adopter

Publié par le Nov 23, 2012 dans Communiqué de presse, Communiqué de presse, Communiqué de presse, Communiqué de presse, Communiqué de presse, Communiqué de presse, Communiqué de presse | 0 commentaire

Les responsables de la réserve internationale de ciel étoilé du Mont- Mégantic (RICEMM), qui englobe les MRC du Granit et du Haut-Saint-François ainsi que la Ville de Sherbrooke, invitent la population, les entrepreneurs et les municipalités à faire preuve de prudence avant d’installer des luminaires aux DEL blanches. Bien que ces nouveaux luminaires présentent certains avantages, ils projettent généralement une lumière très blanche qui peut avoir un effet néfaste sur le voilement des étoiles, la santé humaine ainsi que la faune et la flore. De plus, ces luminaires aux DEL blanches sont généralement interdits par la réglementation qui est présentement en vigueur dans la réserve de ciel étoilé sauf dans certaines circonstances et pour certains usages bien spécifiques comme, par exemple, les décorations de Noël et les terrains de sport. De nombreux partenaires de la réserve internationale de ciel étoilé travaillent présentement à développer des solutions techniques afin d’éliminer les impacts négatifs de ces luminaires et de permettre le déploiement de cette nouvelle technologie sur le territoire de la réserve, tout en protégeant le ciel étoilé, la santé humaine et l’environnement. De plus, les responsables de la réserve de ciel étoilé travaillent également avec différents partenaires afin d’élaborer un nouveau règlement sur le contrôle de la pollution lumineuse qui permettra l’installation des luminaires aux DEL de manière ordonnée et réfléchie. Les partenaires de la réserve internationale de ciel étoilé présenteront bientôt les résultats de leur travail lors d’un symposium qui se déroulera le 11 décembre prochain, à la salle Alfred DesRochers du Cégep de Sherbrooke et qui s’intitulera « Problématique et solutions relatives à l’éclairage aux DEL blanches ». Si la santé et l’environnement vous tiennent à cœur, les responsables de la réserve de ciel étoilé vous recommandent de bien vous informer avant de procéder à l’installation de luminaires aux DEL même si ceux-ci sont certifiés par IDA international car ce programme de certification ne balise pas encore l’utilisation de la lumière blanche dans les environnements nocturnes. La nature a besoin de la nuit. Apprenons à la respecter.     Bernard Boulet | Coordonnateur Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic – Corporation de l’ASTROLab du Mont-Mégantic version...

lire plus

La Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic fête ses 5 ans!

Publié par le Sep 21, 2012 dans Non classé | 0 commentaire

Notre-Dame-des-Bois, le 21 septembre 2012 Il y a cinq ans déjà, la première Réserve internationale de ciel étoilé au monde voyait le jour en Estrie. Attestée par l’International Dark Sky Association (IDA), la Réserve de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM) s’étend sur un territoire regroupant la MRC du Granit, celle du Haut- Saint-François ainsi que la ville de Sherbrooke. Elle réunit 35 municipalités et plus de 225 000 citoyens. Pilotée par l’ASTROLab, cette première mondiale est le résultat d’une démarche régionale concertée axée sur la sensibilisation, la réglementation et la conversion de l’éclairage. En plus d’avoir redonné à la région la pureté de son ciel étoilé, la création de la réserve a aussi permis, en 5 ans, l’économie d’environ 9 500 000 kwh, ce qui représente près de 1 000 000 $ depuis sa création. Une réserve de ciel étoilé est un territoire au sein duquel la pollution lumineuse doit demeurer faible ou inexistante afin de permettre aux astronomes, aux citoyens et aux visiteurs de pouvoir admirer la voûte céleste sans le voile lumineux artificiel qui recouvre aujourd’hui la majorité des zones habitées. Cinq ans après avoir été octroyé pour la première fois, le statut de réserve internationale de ciel étoilé a été décerné à trois autres reprises: en Angleterre (parc national d’Exmoor – 2011), en Namibie (Rand Nature Reserve – 2012) et en Nouvelle-Zélande (Aoraki National Park and Mackenzie Basin – 2012). Une cinquième réserve est également sur le point d’être créée au Pic du Midi de Bigorre, en France, avec laquelle les responsables de la RICEMM ont d’ailleurs conclu un partenariat stratégique cet été. Une pérennité à consolider Malgré le succès initial de la réserve, l’ASTROLab a toutefois dû relancer son projet de lutte contre la pollution lumineuse en 2011 afin de contrer l’apparition de luminaires non-conformes érodant la qualité du ciel étoilé et menaçant la pérennité de la réserve. Les intervenants socio-économiques de la région ont donc été remobilisés afin de trouver des solutions pratiques pour faire respecter la réglementation et freiner la recrudescence de la pollution lumineuse sur le territoire. Seul un effort concerté de tous les partenaires et une appropriation de la réserve par l’ensemble des citoyens peut assurer l’avenir à long terme de cette richesse collective unique. L’arrivée récente et massive de l’éclairage aux DEL (diodes électro-luminescentes), avec ses avantages et ses inconvénients, constitue également un nouvel enjeu d’importance pour la gestion de la pollution lumineuse. Les responsables de la RICEMM ont été interpellés sur cette question et travaillent actuellement sur des solutions pour encadrer ce nouveau type d’éclairage. La pollution lumineuse, ses impacts, ses solutions Les impacts de la pollution lumineuse dépassent le domaine de l’astronomie; inefficacité énergétique, éblouissement, lumière intrusive, perturbations hormonales et dérèglements environnementaux sont d’autres exemples de ses conséquences. En plus de ses bénéfices pour le ciel étoilé, l’amélioration des pratiques d’éclairage permet donc de réaliser d’importantes économies d’énergie, d’augmenter la sécurité et la convivialité des environnements nocturnes et de réduire les impacts de la pollution lumineuse sur la santé humaine et celle des écosystèmes. De nombreuses solutions existent pour contribuer à cette cause gagnante à tout point de vue. Pour plus d’informations, consultez le site Internet de l’ASTROLab: astrolab.qc.ca     Sébastien Giguère | Responsable de l’éducation et coordonnateur scientifique Parc national du Mont-Mégantic et ASTROLab version PDF...

lire plus

Mise en place d’un partenariat stratégique entre la RICEMM et le projet du Pic du Midi de Bigorre (France)

Publié par le Juin 28, 2012 dans Non classé | 0 commentaire

Il existe aujourd’hui dans le monde quatre réserves internationales de ciel étoilé (Mont-Mégantic, Angleterre, Namibie, Nouvelle-Zélande). Première au monde à avoir été labellisée, la réserve internationale de ciel étoilé (RICE) du Mont-Mégantic reste la seule créée en milieu habité. Elle regroupe aussi dans un même espace un observatoire astronomique professionnel (Observatoire du Mont-Mégantic), un centre d’interprétation de l’astronomie (ASTROLab) et un parc national (parc national du Mont-Mégantic). Cette particularité unique au monde a fortement intéressé les porteurs de projet de la future RICE du Pic du Midi (France), car leur projet se développe dans un contexte similaire. Comme celle du Mont-Mégantic, la RICE du Pic du Midi intégrera dans son périmètre un observatoire astronomique de renommée internationale, un centre de vulgarisation de l’astronomie ainsi qu’un parc national. C’est donc afin d’échanger leurs expertises en matière de développement touristique et de gestion de la pollution lumineuse que les responsables du projet de la RICE du Pic du Midi sont présents au mont Mégantic et dans la région des Cantons-de-l’Est depuis le début du mois de juin. Bruno Charlier (Responsable scientifique) et Nicolas Bourgeois (Chargé de projet) ont été rejoints par Jacques Brune (Conseiller Général, Président de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement), Daniel Soucaze des Soucaze (Directeur Général de la Régie du Pic du Midi) et Pierre Vidalies (Responsable Environnement, Animation, Sécurité au Pic du Midi). La venue de cette délégation pyrénéenne a pour objectif de mettre en place un partenariat stratégique entre les deux réserves internationales de ciel étoilé. Ce partenariat stratégique se décline en cinq grands enjeux : Échanger des expertises sur: la gestion de la pollution lumineuse ; les nouvelles technologies et les modes d’éclairage ;les approches pouvant favoriser l’appropriation d’une RICE par les communautés locales et la pérennisation de son implantation. Stimuler et mobiliser les acteurs et les partenaires des deux RICE. Favoriser la mise en marché croisée des deux RICE. Augmenter les notoriétés respectives des deux RICE. Initier un réseau international d’acteurs institutionnels et scientifiques de la protection du ciel étoilé. Ce partenariat pourra déboucher sur un jumelage lorsque la RICE du Pic du Midi sera labellisée : deux sites d’exception unis, de part et d’autre de l’Atlantique, guidés par la volonté de redonner une place aux étoiles, à la beauté de la nuit et à l’émerveillement qu’elles suscitent.     Sébastien Giguère | Coordonnateur scientifique à l’ASTROLab Nicolas Bourgeois | Chargé de projet de la RICE du Pic du Midi version PDF...

lire plus

La réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic : modèle et source d’inspiration

Publié par le Juin 14, 2012 dans Non classé | 0 commentaire

La réserve internationale de ciel étoilé (RICE) du Mont- Mégantic, la première de l’histoire, continue d’être un modèle et une source d’inspiration non seulement au Québec, mais aussi ailleurs dans le monde. Après le symposium international de 2007, les visites en 2011 de représentants des États-Unis et d’Écosse, c’est au tour de scientifiques et d’intervenants français de venir rencontrer, du 9 juin au 3 juillet, leurs homologues québécois à l’ASTROLab et à l’Observatoire du Mont-Mégantic. M. Bruno Charlier, responsable scientifique Volet «Développement territorial» du projet de ciel étoilé du Pic du Midi et Maître de conférences à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, sera accompagné de M. Nicolas Bourgeois, doctorant au Laboratoire Société et Environnement, rattaché au CNRS (Centre national de recherche scientifique). Situé dans le sud-ouest de la France, dans les Pyrénées non loin de la frontière espagnole, le Pic du Midi de Bigorre atteint une altitude de 2877 m. Comme le mont Mégantic, le Pic du Midi abrite un observatoire astronomique renommé, un centre de vulgarisation de l’astronomie et un parc national qui attirent de nombreux visiteurs. Un autre point commun pourrait bientôt voir le jour, les responsables du site français travaillant actuellement à la création de la réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi. Au cours des dernières années, ces éléments ont naturellement rapproché les dirigeants du Pic du Midi et de l’ASTROLab, donnant naissance à une collaboration enrichissante pour les deux parties. En ce début d’été, les visiteurs français viennent maintenant s’imprégner de ce qui se fait ici pour documenter et enrichir le dossier qu’ils présenteront bientôt à l’International Darksky Association (IDA) dans le but d’obtenir pour leur région une certification de Réserve internationale de ciel étoilé. MM. Charlier et Bourgeois seront notamment accueillis par Pierre Goulet, directeur du Parc national du Mont-Mégantic (PNMM), Robert Lamontagne, directeur exécutif de l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) et Bernard Malenfant, président de la Corporation de l’ASTROLab du Mont-Mégantic. Diverses rencontres sont également prévues avec des représentants d’organismes touristiques et de préservation du ciel étoilé situés sur le territoire de la RICE du Mont-Mégantic, qui couvre les MRC du Granit, du Haut-Saint-François et la Ville de Sherbrooke.   Marie-Georges Bélanger | Responsable du service à la clientèle Parc national du Mont-Mégantic version PDF...

lire plus